home       english       projets       galerie       playlist       press       blaBlabLA       contact

Acteur français, Erick Deshors vit et travaille à Paris. Formé d'abord au cours Simon (prix Marcel Achards) puis à l'American Center et enfin par Philippe Ferran, il travaille au cinéma dès 1983 avec Claude Chabrol puis enchaîne avec de nombreux metteurs en scène comme Volker Schondorff, Claude Miller, Gilles Béat, Raoul Peck, Olivier Marshall. Il partage l'affiche avec Gérard Depardieu, Helen Mirren, Charlotte Gainsbourg, Jodie Foster, Jean Yanne ou encore Jeremy Irons. Au théâtre, il travaille avec Roman Polansky, Marcel Maréchal, Serge Moati, Robert Hossein, et Jean-Luc Révol. On peut le voir dans de nombreux films et séries TV dont dernièrement “Mes amis mes amours mes emmerdes” ou encore “Crossing Lines”. 
Demo ici

Acteur, metteur en scène français, Fabrice Michel vit et travaille à Paris. Il est diplômé du  TNS (École nationale de  Théâtre de Strasbourg).  Au théâtre, il joue dans  une  cinquantaine de pièces notamment pour  Jean-Pierre Vincent ,  Joël Jouanneau, Marcel Maréchal ,   Romeo  Castellucci  ou   encore  Angela Konrad  ainsi  que  dans  de  nombreuses  mises en scène  de  Lambert  Wilson  (dont  il  est  un  acteur "fétiche"). Au cinéma et à la télévision il tourne dans une  vingtaine  de films  sous la direction de  Nicole Garcia ,   Jean-Baptiste  Andréa   ou   encore  Wim Wenders.
Parallèlement  à  sa  carrière ,  il  écrit  et  monte de nombreux  spectacles  avec  ses  compagnies successives  “Les Travailleurs  de la Nuit”  puis  “La Chapelle  GOKAN” ,  et enseigne l’art  dramatique au cours Florent.

Ecrivain ,  critique  et scénariste français, François Bégaudeau  vit  et  travaille  à   Paris.   Agrégé  de Lettres  modernes ,  il  enseigne  le  français  durant plusieurs années avant de se consacrer  à l’écriture. Son  premier roman  “Jouer Juste”  sort aux éditions Verticales en 2003.  Suivront de nombreux essais et fictions dont “Entre les Murs”, adapté au  cinéma par Laurent  Cantet  ( le film,  dont  Bégaudeau  est  co-scénariste  et  dans  lequel  il  joue  son  propre rôle, obtient  la  Palme d’Or  du  festival  de Cannes 2008),  “La blessure,  la vraie”  (2011)  ou  “Au début” (2012).

Il écrit  deux pièces de  théâtre :  “Le problème” créé au  théâtre  du  Rond  Point  par  Jacques Bonaffé et Emmanuelle   Devos  (2011)  ,   et   “Le  Foie”  (2012).

Réalisateur,  il livre  un  court métrage  “Jacques” en 2007  et  participe  à  la réalisation de documentaires du collectif Othon. Critique, il participe régulièrement à  l’émission  Le cercle  sur  Canal +  ou Ca balance à Paris  sur  Paris  Première,  et est  rédacteur en chef adjoint  des  pages  cinéma  du  magazine Transfuge.

Son  dernier  texte  “La politesse”  est sorti le 5 mars 2015   chez   Verticales.  Il y  évoque  les  tribulations d'un  écrivain  entre  émissions littéraires, dédicaces, salons du livre et interventions en milieu scolaire.

Auteur, acteur, metteur en scène et créateur son-vidéo, Christophe Tostain a étudié au Théâtre Ecole du Passage, dirigé par Niels Arestrup. En 1992 il crée la Compagnie du Phoenix en 1992 avec laquelle il expérimente depuis une dizaine d’année divers procédés narratifs. Six de ses textes sont publiés aux Editions Espaces 34.

Parallèlement à son travail d’auteur et de metteur en scène, Tostain développe un projet qui allie musique électronique, vidéo et nouvelles technologies afin de fouiller d’autres champs poétiques grâce aux nouveaux moyens audiovisuels. Il s’est produit notamment lors des soirées Café Concrete à Plymouth (UK), à Minsk en Biélorussie et à Eindhoven pour le Live Performer Meeting, ainsi que lors de festivals (Vision’R 2014, le PAtchlab 2014). Sa recherche le conduit à la création d’habillage vidéo pour le concert Cristal Electro de Karinn Helbert, et les spectacles “Les Demeurées” mis en scène par Eric Louviot, des mises en scènes de Myriam Zwingel pour la Cie Six Pieds sur Terre, “Les conférences imaginaires de Dali” de Kasie Walkyria ou encore “Kem Speira “ conçu par Julie Martigny.

Demo  ici

 

jouer juste

 

Vous ne savez rien. Même jouer au foot, vous croyez savoir mais vous ne savez pas. Vous ne savez pas comment aimer non plus. On ne vous a rien appris. C’est maintenant que ça commence. 

 

 

 

 

Monologue.
Texte : François Bégaudeau.

Interprétation : Erick Deshors (avec la participation de Julie Garance).
Adaptation et mise en scène : Fabrice Michel (assisté de Chloé de Gracia). 
Création image/son : Christophe Tostain

Costumes : Izabelle Annet
Production : Cie LCG
&TU YING productions


 

dossier de presse pdf

 

 

Argument 

 

Finale de la Coupe d'Europe de football. À la fin de la deuxième mi-temps, aux vestiaires, avant les prolongations, un entraîneur livre d'ultimes conseils à ses joueurs et les exhorte à «jouer juste». De critiques techniques en digressions métaphysiques, le discours déborde bientôt son sujet lorsque vient s’y mêler la chronique de la rupture avec une certaine Julie.
 

 

Proposition dramaturgique

 

La présente adaptation pour le théâtre du texte de François Bégaudeau met l’accent sur la figure solitaire d’un homme qui convoque, à la manière des “Carnets du sous-sol” de Dostoïevski, un auditoire imaginaire, le tribunal de sa conscience en quelque sorte, lui permettant de revivre l’épisode douloureux et tragique d’une séparation.

Nous ne sommes pas ici dans un vestiaire de football et encore moins à la mi-temps d’avant prolongation d’une finale européenne mais dans un espace mental, où se déplie le chemin complexe et décalé de la pensée de celui qui communique avec le fantôme de celle qu’il a aimé et perdu. 

 

Seul dans son fauteuil qui lui sert de bouée de sauvetage, une télécommande à la main, il s’adresse à son écran de télévision qui vomit des images sans interruption, images d’une « société du spectacle » glorifiant ses vainqueurs et achevant ses vaincus, et desquelles surgissent à certains moments sous son regard halluciné le visage et la voix de sa Julie.
C’est un « homme de système » : parce qu’il a peur de sa violence mais aussi par conviction politique. Ainsi il parle sans interruption : le système contient la violence et la transforme en projet de jeu.

 

 

Entretien avec Fabrice Michel 

 

Comment avez-vous découvert ce texte ?

 

J’avais lu précédemment “Un démocrate : Mick Jagger” et j’avais été séduit par la langue de l’auteur. Plus tard je venais de finir de relire Le Naufragé de Thomas Bernhard quand je me suis plongé dans Jouer Juste. J’ai tout de suite vu dans ce narrateur une figure jumelle de celle du roman de Bernhard : le sombreur. Une filiation. Qui remonte à Dostoïevski et ses “Carnets du sous-sol”. L’argument footballistique rendait le personnage à la fois familier et mystérieux dans sa capacité à passer d’un discours systémique (le football) à une confession intimiste (son histoire d’amour).

 

Comment est né le projet ?

 

J’ai dès la première lecture du roman été persuadé qu’il y avait là une formidable matière pour le Théâtre. D’ailleurs le texte a déjà été adapté et monté depuis sa sortie. A l’époque je travaillais beaucoup comme acteur et n’avais pas le temps de mettre en place les conditions nécessaires pour monter un tel spectacle. Et puis il fallait trouver l’acteur ! J’ai eu la chance de rencontrer Erick Deshors chez des amis communs. A voir son rythme, son physique, son talent, j’ai pressenti qu’il pourrait me permettre de faire ce que je voulais faire du texte de Bégaudeau. A l’été 2014 je lui ai proposé de faire une lecture du texte dans son intégralité, ce qu’il fit avec toute son énergie, sa générosité et son expérience. Il fût évident pour moi, à l’issu de cette traversée, que j’avais trouvé l’acteur pour incarner la figure unique du roman.

 

De quoi parle le texte ?

 

De football et de politique, d’amour et de métaphysique, d’une expérience qui nous apprend que perdre peut-être une chance pour la vie de chacun d’entre nous.

 

Comment produisez-vous le projet ?

 

J’avais travaillé l’an dernier avec Lalie Choffel sur un spectacle joué à Hong-Kong dans le cadre du festival “Projet Noir”. Nous avions envie de continuer cette collaboration qui avait été une belle rencontre artistique. Lalie était présente lors de cette première lecture de Jouer Juste l’année dernière. Elle connaissait le texte et ce qu’elle a entrevu alors l’a décidée. C’est donc sa société de production TU YING, basée à Hong Kong, qui produit le spectacle.

du 18 novembre 2015 au 3 mars 2016

AKTEON théâtre

11 rue du Général Blaise 75011 Paris